Santé

DE L’ENFANT, A L’ADOLESCENTE ET A LA FUTURE MÈRE, COMPRENDRE L’AVORTEMENT

Vivre l’expérience unique réservée aux femmes de concevoir, de porter une grossesse et donner naissance à un bébé, reflet du fruit de l’accouplement entre un spermatozoïde et un ovule est le souhait pour une femme en âge de procréer. Mais bien parfois, la grossesse désirée ou pas, peut ne pas aboutir et s’interrompre à un moment donné. On parle donc d’un arrêt de grossesse ou une interruption de grossesse ou un avortement. Selon les cas, cet avortement peut être involontaire, on parle d’avortement spontané ou de fausse couche ; ou bien il peut s’agir d’un avortement volontaire encore appelé Interruption Volontaire de Grossesse (IVG).

Les fausses couches ou avortements spontanés regroupent tous les avortements survenant au cours des 5 premiers mois de la grossesse donc avant la 22ième semaine d’aménorrhée à partir de la date de fécondation. Après cette date, on parle plutôt d’accouchement prématuré car le fœtus est considéré comme viable. On distingue 4 types de fausses couches :

  • Les fausses couches précoces qui surviennent avant la 14ième semaine d’aménorrhée ;
  • Les fausses couches tardives qui surviennent entre la 14ième et la 22ième  semaine d’aménorrhée ;
  • Les fausses couches isolées qui surviennent de façon sporadique sans contexte précis ;
  • Les fausses couches à répétition où on décrit plus de 3 fausses couches précoces et consécutives.

Il faut savoir que toute femme en âge de procréer avec une activité sexuelle non conditionnée par une contraception est susceptible de tomber enceinte et donc de faire un avortement au cours de sa grossesse. Comme la grossesse se traduit généralement par un arrêt des menstruations (ou règles), tout saignement vaginal survenant au cours de la grossesse doit alerter la femme et l’amener à consulter immédiatement pour bénéficier d‘une bonne prise en charge. En dehors des saignements vaginaux, on peut retrouver des crampes abdominales, des douleurs du bas ventre, une absence de mouvements du fœtus qui doivent alerter la femme et faire craindre un avortement ou une fausse couche. Le risque de fausse couche augmente le plus souvent avec l’âge et surtout si la femme est âgée de plus de 35 ans. Les causes les plus fréquentes des fausses couches sont :

  • Les malformations chromosomiques retrouvées chez le fœtus avec des risques d’avoir un fœtus non viable et donc incapable de se développer
  • Les infections chez la mère pouvant être de cause parasitaire (paludisme, toxoplasmose…), bactérienne (infection urinaire bactérienne, infection génitale bactérienne, autres infections….), ou virale (rubéole +++, autres infections virales….)
  • Les causes médicamenteuses, les traumatismes (accidents)
  • L’exposition à certaines substances dangereuses et aux radiations
  • Les causes nutritionnelles (malnutrition, carence protéique…)
  • Les causes hormonales (une insuffisance hormonale chez la mère)
  • Autres causes maternelles : le diabète, une maladie rénale, une maladie vasculaire, les cancers…

Par contre les avortements volontaires sont souvent déclenchés pour des raisons non médicales à la suite d’une décision personnelle ou familiale. Il peut être aussi clandestin et souvent réalisé dans des conditions non légales. Dans la législation de certains pays, les IVG sont autorisés et pratiquées en milieu hospitalier selon l’âge de la grossesse pour limiter les avortements clandestins et leurs dangers. Dans tous les cas, les avortements volontaires sont dangereux pour la femme et peuvent être responsables de certaines complications surtout si les conditions ne sont pas réunies. Parmi ces complications, on peut citer :

  • Le risque de perforation utérine
  • Le risque de perforation intestinale
  • Le risque hémorragique
  • Le risque infectieux
  • Le risque de stérilité

Qu’il soit spontané ou volontaire, l’avortement est responsable de complications physiologiques mais surtout des séquelles psychologiques qui sont souvent difficiles à gérer.

En dehors des causes non traitables comme les malformations, la plupart des causes sont souvent traitables ou évitables pour empêcher la survenue d’une fausse couche. 

Il est donc important de consulter son gynécologue au tout début de sa grossesse pour une meilleure prise en charge et discuter des conditions pour une bonne évolution de sa grossesse et donner naissance à son bébé.

Dr KAAGA Laconi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code