Education Santé

Endométriose – Maladie très mal connue et mal diagnostiquée!

Caractérisée par la présence et le développement du tissu endométrial en dehors de l’utérus,  l’endométriose est une maladie spécifiquement féminine car elle concerne l’appareil génital de la femme.

Le mot endométriose a son radical qui provient du mot endomètre qui n’est que la couche cellulaire interne de l’utérus. Dans cette condition, les cellules ou tissus de l’endomètre s’implantent en dehors de l’utérus, le plus souvent sur les ovaires, les trompes, et les autres organes du pelvis tels que le colon, la vessie, et la vulve. Rarement, on peut les retrouver loin de la région pelvienne telle que dans la région thoracique, la bile et même le cœur.

L’endométriose touche environ :

  • 5 à 10 % des femmes en âge de procréer ;
  • 30 à 45 % des femmes qui ont des difficultés de conception ;
  • 33 % des femmes qui souffrent de douleurs pelviennes chronique.

Bien que cette maladie se développe souvent dans la 3e ou 4e décennie de la vie, l’endométriose a été diagnostiquée aussi chez des adolescentes avec des douleurs pelviennes invalidantes ou des saignements vaginales anormaux.

Effectivement cette maladie est très difficile à diagnostiquer cliniquement car les symptômes ressemblent évidemment à d’autres conditions telles que la maladie inflammatoire pelvienne, le kyste de l’ovaire, et les maladies chroniques de l’intestin. Par contre le diagnostic définitif est fait par une biopsie lors d’une laparoscopie ou d’une chirurgie.

Les signes les plus courants sont :

  • les douleurs et ou crampes pelviennes qui peuvent être invalidantes durant les menstruations (dysménorrhées),
  • les douleurs lors des rapports sexuels, de la défécation ou durant la miction,
  • le saignement abondant,
  • l’infertilité.

D’autres signes tels que la fatigue, la diarrhée, la constipation, la nausée, le ballonnement peuvent être noté durant les menstruations.

Quand l’endométriose envahit l’ovaire, il y a formation de kystes faisant augmenter sa taille et causant d’autres douleurs. De plus, les cellules ou tissues autour de la lésion deviennent très irritables et éventuellement développent des adhérences et cicatrices. Parfois l’endométriose est asymptomatique, ainsi non diagnostiqué et éventuellement disparaît après la ménopause.

Les signes et symptômes de l’endométriose peuvent s’améliorer temporairement lors d’une grossesse et disparaître complètement après la ménopause.

D’autre part les causes de l’endométriose sont inconnues mais des théories ont suggéré certaines causes:

  • Menstruation rétrograde : qui cause le sang des menstruations contenant les cellules de l’endomètre de refluer dans les trompes et dans la cavité pelvienne, au lieu de couler en dehors du corps par la voie normale. Par conséquent ces cellules adhèrent aux organes du pelvis, se développent, continuent de s’élargir et saignent durant chaque cycle menstruel.
  • Transformation des cellules embryonnaires : se produit lors du développement de l’embryon. Dans ce cas, l’hormone œstrogène transforme les cellules embryonnaires en cellules endométriales, alors que ces dernières se développent seulement après la puberté.
  • Transformation des cellules péritonéale par certaines hormones ou des facteurs immunitaires en cellules endométriales.
  • Implantation des cellules endométriales après une chirurgie telle que l’hystérectomie (résection totale de l’utérus) ou lors d’une césarienne (accouchement chirurgicale).
  • Transport des cellules endométriales par les vaisseaux sanguins ou lymphatiques à d’autres endroits du corps.

Il est à noter certains facteurs de risque de développement d’une endométriose:

  • Menarche (premières règles) prématurée, c’est-à-dire avant 10 ans
  • N’avoir jamais accouche
  • Etre mince ou avoir un indice de masse corporelle très bas
  • Avoir une menstruation abondante qui dure plus de 7 jours
  • Avoir un cycle menstruel court de moins de 27 jours
  • Avoir un parent (mère, tante, ou sœur) qui a une endométriose
  • Avoir une anormalité de l’appareil reproducteur
  • Avoir un taux très élevé de l’hormone estrogène

La plus importante complication due à l’endométriose est l’infertilité car approximativement un tiers des femmes souffrant de cette condition ont des difficultés à concevoir. En conséquence, il est conseillé à celles qui ont l’endométriose de ne pas tarder à concevoir car avec le temps la maladie s’aggrave et le risque d’infertilité est encore plus élevé.

Une autre complication, non des moindres est le risque du cancer. Il est noté que le taux de cancer de l’ovaire est très élevé chez les personnes souffrant de l’endométriose. Cependant, ce n’est pas à dire que l’endométriose cause le cancer, par contre ce n’est qu’un facteur de risque.

En ce qui concerne le traitement de l’endométriose, il n’y a pas de traitement curatif, par contre on ménage seulement les symptômes selon que la patiente a le désir de procréer ou pas. Si la femme n’a pas de douleur et ne veut pas d’enfant dans le future, aucun traitement n’est envisagé. Néanmoins, en cas de douleurs moyennes ou sévères, des anti -inflammatoires sont conseillés. Cependant, il existe aussi des médicaments qui réduisent la production d’estrogène et qui ralentissent les signes. Strictement prescrits sous contrôle médical car pouvant engendrer de grave effets secondaires, il est recommandé de vous rapprocher de votre gynécologue pour une prescription.  Les pilules contraceptives peuvent être utiles mais ces dernières empêcheraient la conception. Lorsque les symptômes sont très sévères, la chirurgie est conseillée avec une résection totale de l’utérus et des ovaires. Une autre proposition est le changement de régime alimentaire et du mode de vie, tel que la réduction du poids ou l’exercice physique régulier, peuvent réduire les symptômes.

Il est important de discuter de vos symptômes avec votre médecin plus précisément votre gynécologue avec qui vous pouvez instituer un plan de traitement selon que vous désirez avoir des enfants dans le futur ou pas. En somme, l’endométriose est difficile à diagnostiquer et à gérer, mais une découverte tôt de cette condition, une prise en charge multidisciplinaire, et une bonne compréhension de votre condition peut conduire à un meilleur traitement de vos symptômes.

Dibagui ADJAYI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code