Société

LE COMBAT DE L’EAU POTABLE ET L’ASSAINISSEMENT POUR TOUS

Le constat dans le monde

Malgré le fait que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement soit reconnu comme un droit de l’Homme depuis 2010, près de 2,2 milliards d’êtres humains n’ont toujours pas accès aujourd’hui à des services d’alimentation domestique en eau potable gérés en toute sécurité. ‘’Pire, en Afrique subsaharienne, le nombre de personnes utilisant de l’eau probablement contaminée a augmenté de 45 % entre 2000 et 2017”, alerte l’expert Gérard Payen. Plus de 4 milliards d’êtres humains ne disposent toujours pas de services d’assainissement gérés en toute sécurité, soit 55% de la population mondiale.

Résultat, 2,6 millions de personnes meurent toujours chaque année de maladies liées à l’eau, ce qui fait de l’eau insalubre une des premières causes de mortalité au monde

L’eau insalubre est un fléau

Environ 700 millions de personnes défèquent encore à l’air libre. Des tonnes de matières fécales sont déposées dans la nature. « Un seul gramme contient jusqu’à 10 000 virus dont la poliomyélite et un million de bactéries responsables de la dysenterie, de la diarrhée ou du choléra ». Des maladies dont il est impensable de mourir encore aujourd’hui. On estime que l’accès systématique à des toilettes et au lavage des mains permettrait de sauver des centaines de milliers de vie chaque année.

La situation au Togo

« Le Togo rencontre de grandes difficultés à mobiliser ses ressources en eau et en assainissement ; le pays manque de moyens financiers pour satisfaire les besoins essentiels de la population. En 2011, la proportion de la population ayant accès à une eau potable était de 56%. Egalement, l’assainissement constitue un autre défi important pour le pays. En 2013, la proportion de la population disposant d’installations sanitaires améliorées était de 40%. Par ailleurs, la gestion des déchets solides est quasiment inexistante sur l’ensemble du pays » ou très limité à Lomé. Il faut ajouter à cette situation l’inexistence de système de traitement des eaux usées au Togo. L’embryon du réseau  d’assainissement collectif de Lomé continue de déverser les eaux usées à la plage alors qu’il fallait au moins avoir un émissaire de rejet des eaux usées en mer. Bref la situation de l’alimentation en eau et à un service d’assainissement adéquat au Togo mérite une attention particulière qui nécessite une volonté politique.

Un Combat Porté au plus Haut Niveau

L’accès à l’eau potable et à l’assainissement est un élément majeur pour accroître la résilience des populations face aux effets des crises et des catastrophes naturelles, ainsi que face aux impacts du changement climatique. Une réalité qui a vu le jour en septembre 2015 quand les Nations unies ont adopté les 17 Objectifs de Développement Durable dont l’objectif 6 qui vise l’accès universel à l’eau et à l’assainissement à l’horizon 2030.

2030 : Il ne reste plus que 10 ans pour atteindre l’objectif !

Concernant l’objectif 6 qui vise l’accès universel à l’eau et à l’assainissement à l’horizon 2030, Alain Boinet, fondateur de l’ONG SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a fait le constat suivant :

‘’Certes, il y a eu des progrès, mais ceux‑ci sont très insuffisants et nous savons que la trajectoire actuelle ne permettra pas de réaliser les 17 Objectifs du Développement Durable (ODD) en 2030, notamment dans le domaine de l’accès à l’eau, particulièrement en Afrique, où la population va doubler d’ici 30 ans.

Il ne reste que 10 ans pour réaliser un accès universel à l’eau potable pourtant considéré comme un droit de l’Homme par les Nations unies depuis juillet 2010 ! Le monde a soif, il n’est plus temps d’attendre et personne ne doit être abandonné !”

Yao BADJO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code