Conseils et Education Santé

Les conséquences d’un avortement volontaire

Suite à l’article “De l’enfant a l’adolescente et a la future mère : Comprendre l’avortement”, nous parlerons aujourd’hui des conséquences de l’avortement volontaire. Qu’il soit volontaire ou involontaire, l’avortement est malheureusement suivi de certaines conséquences qui peuvent être graves voire même fatales. Etant donné que la majorité des avortements involontaires se déroulent naturellement, et dans le cas où une intervention doit se faire, elle arrive souvent dans des centres médicaux, nous allons nous passer d’en discuter ici.

En effet, les conséquences liées à l’interruption volontaire de grossesse peuvent être catégorisées en court terme ou long terme. En plus, la chance de développer ces complications est élevée lorsque la procédure n’est pas effectuée par un gynécologue et moins encore par un non professionnel de sante.

Un gynécologue est un médecin qui est spécialisé des maladies et problèmes liés aux organes féminins et est le personnel de santé approprié pour les interventions sur l’utérus tel que l’avortement. Par conséquence, tout avortement devrait se faire par un gynécologue. Cependant, l’avortement n’étant pas légal dans bon nombre de pays, les gynécologues évitent de pratiquer cette intervention pour ne pas salir leur nom, et voir perdre leur licence.

En dehors de la triade post avortement qui comporte la douleur pelvienne, la fièvre et le saignement, il y a d’autres sévères conséquences de cette procédure dont les plus courantes sont :

  • Complications à court terme telles que :
  • L’hémorragie vaginale ou interne
  • L’infection locale suivie de septicémie
  • Perforation utérine, de la vessie ou de l’intestin.
  • Complications à long terme
  • Risque de stérilité
  • Impact psychologique

Les autres complications moins courantes sont : la rétention du produit de conception, complications liées à l’anesthésie qui peuvent causer une mort brutale.

Parmi les complications a court terme liées a un avortement nous avons l’hémorragie, l’infection, la perforation et autres.

L’hémorragie lors d’une intervention d’avortement peut être due à la blessure des vaisseaux sanguins ou de la rétention du produit de conception ; et ceci une urgence chirurgico-médicale. Cette hémorragie peut provenir de l’utérus ou d’un organe adjacent. Par contre, quand l’avortement est effectué par quelqu’un qui n’est pas gynécologue ou par un inexpérimenté, le risque hémorragique est très élevé. L’utérus étant très vascularisé, une hémorragie provenant de cet organe est très difficile à contrôler, causant un sévère saignement rapide suivi de la mort. Et ceci peut arriver dans les 24-72 heures. Cependant, un saignement abondant après une intervention chirurgicale doit être traité d’urgence en milieu hospitalier.

Par contre, l’infection n’est pas évidente dans les premières heures ou premiers jours après l’avortement, mais peut se présenter le plus souvent comme une simple fièvre. Autres signes sont la sécrétion vaginale avec une odeur malodorante, une douleur pelvienne qui devient progressivement intense. Comme l’hémorragie, elle est aussi une urgence médicale car évoluant très vite vers une septicémie qui est une infection généralisée avec risque de décès dans les heures suivantes s’il n’y a pas de prise en charge médicale avec des antibiotiques efficaces.

La perforation utérine ou d’autres organes tel que la vessie or l’intestin est aussi une urgence chirurgicale qui nécessite une prise en charge chirurgicale immédiate, à cause du risque de péritonite. En effet, la péritonite étant une inflammation du péritoine la couche interne qui couvre les organes internes et qui est supposée être stérile libre de tout germe ou infection. Les risques à long terme étant débilitants pour la femme concernée et ignorée de beaucoup de personne.

Beaucoup de personne voire le personnel de la sante ignorent l’importance de l’avortement sur la santé mentale.

L’impact psychologique est important et peut se manifester tel que regret, anxiété, honte, colère, trouble mentaux. Plusieurs personnes peuvent expérimenter une dépression pendant des mois et voir même des années. Les effets psychologiques sont encore sévères si la femme n’adhère pas à la procédure ou a été force à le faire soit par les parents ou le partenaire.

Une des manifestations psychologiques est le fait de sentir des douleurs abdominales alors que ça n’existe vraiment pas. Certaines personnes reportent des paresthésies qui sont des sensations de brûlures ou douleurs superficielles sur la peau ou les extrémités sans cause évidentes ou biologiques.

L’effet psychologique post avortement est séquellaire et peut affecter la fertilité et toute la vie entière de la personne.

Une autre long terme complication liée a l’avortement est la stérilité. Cette complication est due au développement des cicatrices causées par l’avortement sur la couche interne de l’utérus appelé endomètre et donc rendant difficile un futur embryon de s’y attacher. Et plus souvent l’infertilité est due au rétrécissement ou l’oblitération complète d’une ou des deux trompes. Ce dernier est la conséquence d’adhérence des tissues et secrétions causées par l’infection qui suit un avortement qui n’a pas été effectué dans un environnement aseptique.

L’avortement n’est pas la seule cause d’infertilité, il est important de se faire examiner régulièrement (au moins une fois par an pour les jeunes sexuellement actifs et en âge de procréer) par un médecin ou gynécologue, car d’autres causes comme l’endométriose, les infections sexuellement transmissibles, les fibromes et les malformations génitales peuvent rendre une femme incapable de concevoir.

La meilleure méthode pour éviter les complications liées à l’avortement est avant tout d’éviter les grossesses non désirées et si possible avoir l’intervention chez un gynécologue dans un centre médicale équipée pour une prise en charge rapide au cas où des complications immédiates survenaient. En outre, la prévention des grossesses non désirées commence par l’abstinence ou l’utilisation des moyens contraceptifs.

Dibagui ADJAYI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code