Société

Les droits de la femme en milieu rural : Où en sommes-nous ?

Quand on parle des droits humains, qui en jouit le plus ? Quand on parle des droits des femmes, qui en jouit le plus ?

Nous lisons de part et d’autre qu’il y a eu des avancées en matière des droits des femmes ; s’il est vrai que ces avancées ont amélioré les conditions de vie de certaines femmes, n’en demeure pas moins que celles qui sont le plus sujets a de multiples discriminations (femmes, pauvres, vivant en milieu rural, ayant des enfants, etc.) ne profitent pas de ces actions. Or elles sont celles qui dépensent plus d’énergie, plus de temps pour travailler à la base pour le développement de nos sociétés car elles sont dans la plupart des situations, des agriculteurs, des commerçantes.

Aujourd’hui ou en sommes-nous avec les droits de ces femmes très vulnérables ?  Des femmes en milieu rural ?

Les femmes en milieu rural sont confrontées à plusieurs inégalités. Elles sont toujours victimes d’exploitation, d’abus de tout genre et très exposées aux différentes maladies qui les rendent très vulnérables. Elles se retrouvent ainsi, au bas de la pyramide. Les femmes rurales dans les pays développés et en développement sont souvent confrontées à des défis similaires pour ce qui est de la pauvreté et de l’exclusion et peuvent avoir des besoins similaires en matière d’accès aux services, de protection sociale et d’autonomisation économique.[1]

Un effort doit être fait à l’endroit de ce groupe très vulnérable, qui pourtant consacre toute leur vie pour le développement de nos sociétés : corvées domestiques, travail des champs, de vente, etc.

Le rapport intitulé Gender dimensions of agricultural and rural employment : Differentiated pathways out of poverty (Les dimensions sexospécifiques de l’emploi agricole et rural : différencier les démarches de lutte contre la pauvreté) nous apprend que bien que l’inégalité entre les sexes varie considérablement d’une région à l’autre et d’un secteur à l’autre, il apparaît que, globalement, les femmes profitent moins de l’emploi rural que les hommes, qu’il s’agisse d’un emploi indépendant ou salarié.[2]

Le thème international de la journée du 8 Mars 2020 “Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes“, interpelle à plus d’un pour toucher les plus oubliées, ces oubliées qu’on retrouve dans les villages et fermes de nos pays. Nous devons travailler pour ne laisser personne de côté.

Pour notre part, nous pensons que nos pays devraient revoir les orientations données aux différentes sensibilisations et viser plus les zones difficiles d’accès de nos communautés afin de s’assurer de toucher les plus vulnérables.

Nous devons aider nos sœurs, nos filles, nos mamans à penser que c’est une journée de fête où nous nous offrons ou demandons à nos maris de nous offrir, le pagne conçu pour la circonstance.

Une des actions pour promouvoir les droits des femmes en milieu rural, est de faciliter leur accès a l’éducation. En effet, l’éducation est un droit mais aussi un moyen pour accéder aux autres droits. Ainsi, l’alphabétisation dans les milieux ruraux aidera un tant soit peu à améliorer la compréhension de celles la qui n’ont pas eu les capacités ni les moyens au cours de leur tendre jeunesse pour aller à l’école.

Par ailleurs, la masculinité positive (l’ensemble des caractéristiques, comportements propres aux hommes, comportements ou caractéristiques dépourvus de violence) serait une autre action de promotion des droits des femmes. Les sensibilisations des hommes sur les droits des femmes et leurs intérêts dans la jouissance des femmes à leurs droits, est très importante pour avoir des alliées à la cause des femmes en milieu rural. Ainsi progressivement, les stéréotypes s’estomperont et d’autres modèles de comportement se construiront sans discrimination sexiste ni violence.

Enfin, la promotion des clubs de femmes, de mères, etc. serait une stratégie de rendre les femmes en milieu rural, actrices de leur développement pour l’égalité pour tous.

Thérèse Dibassiwena ADJAYI, Travailleuse Sociale, Spécialiste genre et Inclusion Sociale


[1] Recommandation générale no 34 2016) sur les droits des femmes rurales, Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes

[2] the Food and Agricultural Organization of the United Nations, the International Fund for Agricultural Development and the International Labour Office 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code